Impressions dominicales

Modèle inconnu | Ellen Rogers

Modèle inconnu | Ellen Rogers

L’habitude, le matin, de me tirer les cartes. L’exercice est routinier sans être ni machinal ni superstitieux. C’est une discipline de la concentration.

En s’absorbant, quelques instants, sur le tirage, les pensées accessoires, qui parasitent l’esprit, se dispersent jusqu’à disparaître. L’esprit, ainsi libéré, perçoit — moins biaisé, moins trompé — nos enjeux profonds. Les lames, à l’insu de notre volonté — la contournant —, reflètent notre inconscient, figurent nos intuitions, incarnent nos désirs. Face à soi, elles nous confrontent à notre entièreté sans que nous puissions nous y soustraire, nous [re]nier.

Notre chaos intérieur — qui, occulté, nous tiraille douloureusement, insidieusement — se structure, s’ordonnance. Notre psyché, dans un dialogue lucide, harmonise nos antagonismes, nos polarités. Ce qui nous paraissait obscur, confus, se clarifie. Le sens devient une évidence, malgré l’adversité, les contrariétés. Les fatalités antiques s’effondrent, les peurs se dissipent. Et, en conscience, nous créer par-delà soi.