Jadis le Japon

Modèle & photographe inconnus.

Modèle & photographe inconnus.

À la faveur d'une flânerie automnale dans les allées rougeoyantes du parc des Bastions, à Genève, découvrir l'exposition, Jadis le Japon. Une vingtaine de photographies saisit, des geïkos aux samouraïs, en passant par des prêtres shinto, une civilisation décadente - sublime, donc -, celle de la fin du shogunat.

Et, sans doute, dans l'esprit des commanditaires de l'exposition, si ce n'est dans celui du commissaire, l'idée de dénoncer les clichés, qui structurèrent les conceptions occidentales d'un Japon idéalisé. Cela me rappelle, avec déplaisir, le dogmatisme, qui - à l'évidence - incita, l'année dernière, à disséminer, dans le parc Bertrand, des autochromes orientalistes, si intrigants & beaux.

Aussi, s'éloigner - avec dédain - de ces conceptions mièvres & repentantes d'un Occident acculturé pour se confronter avec délectation - et sans arrière-pensée - à ces photographies, dont l'impassibilité & la fierté des sujets annoncent, déjà, la résurrection de l'aristocratisme d'un Yukio Mishima.

Jadis le Japon - regards figés par l'Occident, du 13 octobre au 16 novembre 2014, au parc des Bastions, 1204 Genève.