Bois d'iris

Vikki Dougan, par Nina Leen.

Vikki Dougan, par Nina Leen.

Il y a si longtemps que je désire évoquer Bois d'iris; indécis, je reporte, sans cesse, cette chronique. Si ce boisé m'attire depuis sa création, je ne m'en parfume jamais, sans que je puisse me l'expliquer. Et de le ressentir, hier, par hasard, après un long oubli, me laisse entrevoir l'ambiguïté, que m'inspire cette composition.

Bois d'iris, à l'évidence, est le parfum de la candeur; d'une candeur absolue. Si Tilleul, des Parfums d'Orsay, m'évoquait une innocence languissante, Bois d'iris est sans trouble; virginal, encore. Et cet état de grâce, qui précède - insouciant - les souillures implacables de l’existence, je le préserve, inconsciemment, dans son flacon, des corruptions du monde.

Bois d'iris, Émilie Coppermann, Van Cleef & Arpels, in Collection extraordinaire, 2009.