Incense Kyoto

Modèle & photographe inconnus.

Modèle & photographe inconnus.

Dans la série des encens, si parfaite, de Comme des garçons, après avoir été longtemps séduit - et je le suis encore au prétexte du calendrier catholique - par le religieux Incense Avignon, j'apprivoise, après un long oubli, Incense Kyoto. Et le sillage de ce parfum m'évoque, dans l'instant, le contraste saisissant des lignes strictes, droites & épurées des intérieurs japonais, qui se fondent dans les volutes bleutées de bâtonnets d'encens, qui se consument au pied des autels ancestraux.

Une ambiguïté, aussi. Si le raffinement de cette civilisation est areligieux, il est empreint d'une spiritualité sensuelle & sereine, si opposée à l'opulence entêtante d'un catholicisme flamboyant; celui que saisit Incense Avignon, notamment. Et dans ce dépouillement, l'encens entremêle l'esprit & la chair, les élève - idéal stoïcien - sans les dissocier.

Incense Kyoto, Bertrand Duchaufour, Comme des garçons, 2002.