Lys carmin

Bettina Bollegard, par Horst P.Horst.

Bettina Bollegard, par Horst P.Horst.

Il se dégage des compositions de la Collection extraordinaire une sensation d’évanescence; et Lys carmin s'inscrit dans l'atmosphère diaphane de Bois d'iris ou trouble de Gardénia pétale.

Si le lys est évoqué - et le carmin, aussi -, c'est une fleur stylisée, épurée, qui nous éloigne d'un réalisme convenu, d'un naturalisme fade, pour nous esquisser une impression vaporeuse & sensuelle. Lys carmin s'interdit les clichés d'une fleur de deuil, dont le sillage estompe les pestilences d'un corps froid; ce soliflore, corseté d'un ylang-ylang diffus, suggère l'image d'un sommeil paisible - fût-il éternel. Celui d'Ophélia? Peut-être. Le carmin de ces lèvres closes, traité à la façon préraphaélite, tend au parme. Et le songe se précise; alanguie à la surface de l'étang, sombre & endormi, la silhouette d'Ophélia se devine.

Lys carmin, Natalie Gracia-Cetto, Van Cleef & Arpels in Collection extraordinaire, 2009.